Souvenez-vous : avant de commencer le coaching, on sest mis daccord sur des objectifs. Une fois la dizaine de séances écoulée, il est donc temps de faire le point avec toutes les parties impliquées (l’entreprise, le collaborateur et le coach).

 

Et là, le coach a un rôle fondamental à jouer, garant à la fois des intérêts du coaché et de lentreprise : « C’est le coaché qui va témoigner de ses apprentissages par rapport à ce qui était attendu du coaching : par exemple, sa prise de confiance, ses capacités managériales, son sens des intéractions avec les personnes quelle encadre » Préparé par le coach, le coaché dit où il en est, et le N+1 exprime ce quil a, de son côté, observé. Ce moment où toutes les personnes impliquées dans un système sont réunies (comme lors du tri partite de démarrage) est important car la présence du coach va permettre à la parole de circuler différemment et souvent de mieux se comprendre.

Bien sûr, il nest « pas question de débriefer du contenu des séances » avec quelquun dautre que l’intéressé-e. Pas question non plus de « servir la démonstration d’un échec programmé » (dans le cas, par exemple, où un employeur de mauvaise foi voudrait sappuyer sur des résultats jugés insuffisants du coaching pour piéger le collaborateur ou la collaboratrice sur le mode « on a tout essayé pour vous faire progresser, y compris un coaching, mais manifestement, il ny a rien à faire« ).

 

C’est donc le moment où le coach va devoir faire montre dune qualité essentielle : son indépendance! Cela lui permettra notamment de mettre en évidence le partage des responsabilités et le rôle de lenvironnement dans une démarche visant à faire progresser la personne : « par exemple, explique Catherine Thibaux, si vous offrez un coaching à une personne qui vient d’être promue et doit encadrer ses anciens collègues, et a donc besoin de gagner en confiance pour installer son leadership, le coaching naidera que si, en face, la hiérarchie envoie aussi aux équipes des signes forts de la confiance quelle place en cette personne. » En dautres termes, le coaching ne fait pas de miracle, mais peut, dans des conditions intelligemment mises en place, produire de vrais effets positifs!

Catégories : Coaching

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *